Catégories
Entrepreneuriat

Résumé de Company of One de Paul Jarvis

Résumé en une phrase : Company Of One vous apprendra comment le fait d’être petit et non grand lors de la création de votre propre entreprise vous apportera indépendance, revenus et beaucoup de temps libre sans avoir à gérer des employés, de longues réunions et une croissance forcée.

Se lit en : 4 minutes

A quoi pensez-vous quand vous entendez le mot entreprise ? Si vous êtes comme la plupart des gens, vous imaginez probablement un monstre à grande échelle comme Apple, Google ou Amazon. C’est peut-être la raison pour laquelle l’idée de créer votre propre entreprise rentable semble intimidante.

Mais s’il y avait un moyen plus simple ? Et s’il était possible de se faufiler dans une entreprise personnelle à temps plein ? Qu’est-ce que cela vous ferait de posséder une entreprise qui vous donne le temps et la liberté financière de faire ce que vous aimez ?

Company Of One, de Paul Jarvis, vous enseignera exactement comment faire de ce rêve une réalité : une entreprise rentable gérée uniquement par vous-même. Jarvis a travaillé avec des athlètes de haut niveau comme Steve Nash et Shaquille O’Neal, des entreprises comme Microsoft, Yahoo, et Mercedes-Benz, ainsi que des entrepreneurs en ligne à succès. Avec 20 ans d’expérience dans la création d’entreprises unipersonnelles, Jarvis est bien préparé pour fournir des conseils critiques à ceux qui cherchent à faire de même.

Voici mes 3 leçons préférées de ce livre :

  • Si vous voulez le faire en solo, vous devez rester petit et limiter délibérément votre croissance.
  • Plus votre auditoire est restreint, plus vos chances de succès sont élevées.
  • Les progrès technologiques permettent d’éviter d’importants investissements et de générer rapidement de l’argent comptant pour lancer le projet.

Utilisons les principes de Jarvis pour comprendre exactement ce qu’il faut pour devenir le PDG de votre propre entreprise !

Leçon 1 : Pour avoir une entreprise prospère, ne visez pas toujours plus haut, fixez des limites de profit.

Le mot “plus” est la meilleure façon de décrire l’état d’esprit qui règne dans le monde des affaires d’aujourd’hui. Les consommateurs veulent acheter plus. Les entreprises veulent vendre plus. Et tandis que les acheteurs découvrent peu à peu les avantages de dire non à cette mentalité du “jamais satisfait”, les entreprises peuvent aussi réussir à fixer des limites à leurs bénéfices.

Le modèle traditionnel de gestion d’une entreprise personnelle est axé sur une croissance sans fin et, par conséquent, marqué par un stress sans fin et accablant pour le propriétaire. C’est pourquoi il y a toute une industrie construite autour de livres comme The E-Myth pour aider à soulager l’épuisement professionnel des fondateurs.

Mais que se passerait-il si, au lieu de passer votre vie à travailler pour l’entreprise, vous pouviez la faire fonctionner pour vous ? Selon Jarvis, il s’agit surtout de restreindre intentionnellement la croissance pour respecter des contraintes prédéterminées.

Psychotactics, une entreprise dirigée par Sean D’Souza, est l’exemple parfait de la limitation délibérée des profits. D’Souza est un consultant qui a fixé sa limite de croissance à 500 000$ par année. Cette vérification est ce qui empêche son entreprise d’avoir besoin de plus d’employés et de temps. Ainsi, au lieu de passer son temps avec eux, D’Souza peut jouer avec ses enfants et partir en vacances.

Si vous y réfléchissez bien, 500 000 $, c’est probablement assez pour vous aussi, n’est-ce pas ?

Leçon 2 : Votre objectif devrait être d’atteindre un public spécifique – plus vous êtes dans une niche précise, mieux c’est.

Lorsque Starbucks a vu le jour en 1971 à Seattle, dans l’État de Washington, son objectif était de devenir la boutique de café du quartier. Malheureusement, à mesure que la popularité de Starbucks a augmenté au début des années 2000, la chaîne a perdu de vue cet objectif initial et a essayé d’être tout pour tous. Le ralentissement économique qui s’en est suivi a entraîné la fermeture d’environ 900 magasins.

Alors comment sont-ils revenus de ce revers ? En retournant à leur vision originale. Si vous faites la même chose dans votre entreprise depuis le début, vous n’aurez peut-être jamais à vous racheter comme ils l’ont fait.

Si vous essayez d’atteindre tout le monde par tous les moyens possibles, vous vous disperserez trop. De plus, le fait de rendre votre produit générique attrayant pour un large public diminuera – contre-intuitivement – l’intérêt pour ce que vous vendez.

Plus vous serez en mesure d’être dans une niche précise, plus vous serez en mesure d’aider un groupe particulier de personnes à obtenir exactement ce qu’elles veulent et ce dont elles ont besoin.

Un exemple est Kurt Elster, qui ne sert que les entreprises de commerce électronique qui utilisent Shopify. Mettez-vous à la place de votre client. Préférez-vous un consultant qui sait tout faire ou qui connaît et utilise exactement la même plateforme que vous ?

Leçon 3 : Oubliez les gros investissements initiaux, concentrez-vous plutôt sur la réalisation rapide d’un petit profit.

Une fois que votre clientèle et vos revenus auront augmenté, vous pourriez être tenté de quitter votre emploi et de commencer à faire d’importants investissements en temps et en argent. Mais n’agissez pas si vite. Votre nouvelle petite entreprise a besoin de temps pour se développer lentement. De cette façon, vous pouvez le gérer correctement et vous adapter à la croissance organique.

Faire de gros investissements tôt dans votre entreprise peut sembler une bonne idée, mais ce n’est absolument pas nécessaire. Les technologies modernes comme Internet vous permettent de faire des profits rapidement, ce qui devrait être votre premier objectif en tant qu’entreprise à but unique.

Si votre startup devait être financée par du capital-risque, vous seriez esclave de leurs demandes. Rejeter un financement initial massif vous donne plus d’indépendance.

Cependant, ne restez pas bloqué en essayant de faire un profit pour toujours. Plus vous mettez du temps à gagner votre premier revenu, plus vous aurez besoin de revenus pour atteindre le seuil de rentabilité et commencer à faire des profits. Rappelez-vous que “fait” est mieux que “parfait” et sortez votre premier produit. Concentrez-vous sur les profits initiaux pour que vous et votre entreprise puissiez aller de l’avant.

Conclusions et avis sur Company of One

C’est un livre inspirant pour ceux qui n’aiment pas avoir un emploi ordinaire de 35h mais qui ne veulent pas non plus s’épuiser dans une folle aventure de startup. Company Of One est aussi motivant qu’informatif. Grâce à ses nombreuses expériences, exemples et étapes pratiques, Jarvis donne l’impression d’être le guide par excellence de l’entrepreneuriat solo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *