Catégories
Entrepreneuriat

Résumé de Chaos Monkey de Antonio Garcia Martinez

Résumé en une phrase : Chaos Monkeys est un regard amusant dans les coulisses qui lève le voile sur certaines des pratiques étranges, mystérieuses et parfois douteuses qui se déroulent derrière les portes closes des méga startups de la Silicon Valley.

Se lit en : 4 minutes

Il y a 15 ans, ça ressemblait plus à un conte de fées qu’à une histoire vraie : 3-4 gars louent une maison, s’assoient sur le sol du salon avec leur ordinateur portable, travaillent 24 heures sur 24, ne mangent que de la pizza et boivent du Red Bull jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent, continuent pendant un an et nagent soudainement en liquide.

De nos jours, ce scénario semble très proche de la réalité. En fait, il y a tellement plus de gens qui se lancent dans cette voie qu’ils ne le devraient, parce que maintenant chaque consultant McKinsey avec une idée d’application musicale pense qu’il peut être le prochain Mark Zuckerberg. Lorsque nous essayons de trouver une cause à cette manie de démarrage, nous nous tournons généralement rapidement vers la Silicon Valley, la Mecque des entreprises de technologie, de démarrage et de logiciels.

Chaos Monkeys est un regard intérieur. De plus, il révèle quelques-unes des activités tacites (et parfois sales) qui se déroulent dans les coulisses de géants en démarrage comme Facebook, Twitter et Google, le tout de première main. Le parcours professionnel d’Antonio García Martínez se lit comme un parcours en dents de scie : il a travaillé chez Goldman pendant la crise financière, une start-up par la suite, a fondé la sienne, l’a vendue à Twitter, puis est allé travailler sur Facebook.

Voici mes 3 leçons préférées de Chaos Monkeys, qui montrent que ce n’est pas que du brillant et du glamour dans la vallée :

  • Les immigrants vont jusqu’à simuler des mariages pour pouvoir s’installer à San Francisco.
  • Si vous voulez construire votre propre entreprise et la faire, vous devez être un peu fou.
  • L’équipe de sécurité de Facebook agit dans l’ombre – et pour de bonnes raisons !

Prêt pour un rapport du point de vue de l’un des “singes du chaos” les plus en vue de la Silicon Valley ? Regardons de plus près !

Leçon 1 : Les employés de startup contractent parfois de faux mariages, juste pour pouvoir aller travailler à SF.

Au XVIIIe siècle, en Europe, les gens qui n’avaient pas gagné à la loterie ethnique et culturelle, par exemple en étant nés pauvres ou ayant une certaine origine raciale, avaient peu d’options. Il n’y avait aucun moyen pour un paysan de devenir roi, ou pour un Juif de se débarrasser de sa religion, si les Juifs étaient victimes de discrimination dans son pays.

Mais une fois que les premiers colons européens sont arrivés en Amérique, un nouvel espoir est apparu. Les gens pourraient essayer de fuir leur pays, faire le dangereux voyage vers le nouveau monde et repartir à zéro. Pour ce faire, beaucoup d’entre eux ont heureusement conclu des marchés horribles, comme celui de servir d’esclave au maître qui les emmenait de l’autre côté du grand étang.

Heureusement, c’est du passé depuis longtemps. Mais comme toujours, l’histoire se répète : Les visas H-1B, qui sont le type de visas dont les travailleurs étrangers non immigrants ont besoin aux États-Unis, sont presque impossibles à obtenir. Seulement 8 % de l’ensemble des 200 000 candidats essayant d’obtenir un emploi dans la Silicon Valley en 2013 en ont reçu un. Pire encore, s’ils sont ensuite licenciés ou si leur démarrage échoue, le visa expire, de sorte qu’ils acceptent généralement de bas salaires et de mauvaises conditions de travail. De plus, il faut cinq ans avant qu’ils puissent demander une carte verte.

Pour éviter tout cela, il n’est pas rare que des employés en démarrage qui tentent de s’installer à San Francisco ou dans la vallée contractent de faux mariages, comme Argyris, l’un des co-fondateurs de l’auteur. Comme sa petite amie de longue date était en train d’obtenir un doctorat aux États-Unis, le fait d’être son mari lui permettrait d’obtenir un visa de conjoint étudiant F-2 et lui permettrait de rester aux États-Unis – ils se sont donc mariés un peu plus tôt qu’ils ne l’auraient fait avec 😉

Leçon 2 : Si vous voulez vraiment bâtir une entreprise qui réussit, il n’y a aucune chance que vous ne puissiez pas être fou et obsédé.

L’année qu’Antonio a passée en tant que PDG d’AdGrok, sa propre startup fournissant des logiciels pour optimiser Google Ads, avant qu’ils ne la vendent à Twitter, a été marquée par de longues nuits de travail, des dizaines d’événements technologiques, l’abandon des passe-temps, livres, films, amis et essentiellement la vie de famille uniquement via Skype.

En fin de compte, AdGrok a vendu à Twitter pour 5 millions de dollars, mais il a fallu une bonne dose de folie pour y arriver. Le mot principal utilisé pour décrire les fondateurs de start-up dans ce contexte (à la fois par eux-mêmes et par leurs proches) est obsédé. Tant qu’ils n’ont pas réussi, quoi que cela signifie pour eux, rien d’autre n’a d’importance.

Au fait, ce n’est pas seulement pour les startups. Même si vous voulez “juste” construire une entreprise normale, vous devez être assez fou pour refuser d’y renoncer jusqu’à ce que ça marche.

The thing about being crazy this way is: we don’t mind. We’re in for the long run, the big reward, the payoff we know will come – and we’d rather die trying than not go for it.

Leçon 3 : L’équipe de sécurité ninja de Facebook agit dans le noir, parce qu’il serait effrayant de révéler le genre de choses dont ils s’occupent.

Travailler dans l’équipe de sécurité de Facebook doit vraiment être un boulot de merde. Vous devez regarder les escroqueries, les mises à jour de statut violentes et les contenus pornographiques bizarres toute la journée, les signaler et ensuite les supprimer du système. Pire encore, vous n’obtiendrez aucun crédit pour votre travail, car si vous le faites bien, personne ne le saura jamais. Ce n’est que si vous foirez et que quelque chose passe à travers les mailles du filet que vous pouvez vous attendre à avoir des ennuis.

Pour y faire face, l’équipe de sécurité a créé un groupe interne appelé Scalps@Facebook, qui dresse la liste de toutes les photos et de tous les profils pris, afin qu’ils puissent au moins se féliciter mutuellement de leur travail.

En dehors de ce groupe, garder le secret sur ce travail est probablement une bonne idée : si les gens savaient combien d’escrocs et de délinquants sexuels traînent sur Facebook, ils resteraient probablement loin de la plateforme – mais là encore, ce n’est qu’un des nombreux secrets sales de la Silicon Valley.

Conclusions et avis sur Chaos Monkey

Bien sûr, Chaos Monkeys n’est que le point de vue d’une seule personne, mais c’est un regard intérieur très informatif, amusant, pas si sérieux que ça, mais d’une précision choquante sur l’un des points chauds les plus populaires au monde. Bonne lecture !

Catégories
Entrepreneuriat

Résumé de Company of One de Paul Jarvis

Résumé en une phrase : Company Of One vous apprendra comment le fait d’être petit et non grand lors de la création de votre propre entreprise vous apportera indépendance, revenus et beaucoup de temps libre sans avoir à gérer des employés, de longues réunions et une croissance forcée.

Se lit en : 4 minutes

A quoi pensez-vous quand vous entendez le mot entreprise ? Si vous êtes comme la plupart des gens, vous imaginez probablement un monstre à grande échelle comme Apple, Google ou Amazon. C’est peut-être la raison pour laquelle l’idée de créer votre propre entreprise rentable semble intimidante.

Mais s’il y avait un moyen plus simple ? Et s’il était possible de se faufiler dans une entreprise personnelle à temps plein ? Qu’est-ce que cela vous ferait de posséder une entreprise qui vous donne le temps et la liberté financière de faire ce que vous aimez ?

Company Of One, de Paul Jarvis, vous enseignera exactement comment faire de ce rêve une réalité : une entreprise rentable gérée uniquement par vous-même. Jarvis a travaillé avec des athlètes de haut niveau comme Steve Nash et Shaquille O’Neal, des entreprises comme Microsoft, Yahoo, et Mercedes-Benz, ainsi que des entrepreneurs en ligne à succès. Avec 20 ans d’expérience dans la création d’entreprises unipersonnelles, Jarvis est bien préparé pour fournir des conseils critiques à ceux qui cherchent à faire de même.

Voici mes 3 leçons préférées de ce livre :

  • Si vous voulez le faire en solo, vous devez rester petit et limiter délibérément votre croissance.
  • Plus votre auditoire est restreint, plus vos chances de succès sont élevées.
  • Les progrès technologiques permettent d’éviter d’importants investissements et de générer rapidement de l’argent comptant pour lancer le projet.

Utilisons les principes de Jarvis pour comprendre exactement ce qu’il faut pour devenir le PDG de votre propre entreprise !

Leçon 1 : Pour avoir une entreprise prospère, ne visez pas toujours plus haut, fixez des limites de profit.

Le mot “plus” est la meilleure façon de décrire l’état d’esprit qui règne dans le monde des affaires d’aujourd’hui. Les consommateurs veulent acheter plus. Les entreprises veulent vendre plus. Et tandis que les acheteurs découvrent peu à peu les avantages de dire non à cette mentalité du “jamais satisfait”, les entreprises peuvent aussi réussir à fixer des limites à leurs bénéfices.

Le modèle traditionnel de gestion d’une entreprise personnelle est axé sur une croissance sans fin et, par conséquent, marqué par un stress sans fin et accablant pour le propriétaire. C’est pourquoi il y a toute une industrie construite autour de livres comme The E-Myth pour aider à soulager l’épuisement professionnel des fondateurs.

Mais que se passerait-il si, au lieu de passer votre vie à travailler pour l’entreprise, vous pouviez la faire fonctionner pour vous ? Selon Jarvis, il s’agit surtout de restreindre intentionnellement la croissance pour respecter des contraintes prédéterminées.

Psychotactics, une entreprise dirigée par Sean D’Souza, est l’exemple parfait de la limitation délibérée des profits. D’Souza est un consultant qui a fixé sa limite de croissance à 500 000$ par année. Cette vérification est ce qui empêche son entreprise d’avoir besoin de plus d’employés et de temps. Ainsi, au lieu de passer son temps avec eux, D’Souza peut jouer avec ses enfants et partir en vacances.

Si vous y réfléchissez bien, 500 000 $, c’est probablement assez pour vous aussi, n’est-ce pas ?

Leçon 2 : Votre objectif devrait être d’atteindre un public spécifique – plus vous êtes dans une niche précise, mieux c’est.

Lorsque Starbucks a vu le jour en 1971 à Seattle, dans l’État de Washington, son objectif était de devenir la boutique de café du quartier. Malheureusement, à mesure que la popularité de Starbucks a augmenté au début des années 2000, la chaîne a perdu de vue cet objectif initial et a essayé d’être tout pour tous. Le ralentissement économique qui s’en est suivi a entraîné la fermeture d’environ 900 magasins.

Alors comment sont-ils revenus de ce revers ? En retournant à leur vision originale. Si vous faites la même chose dans votre entreprise depuis le début, vous n’aurez peut-être jamais à vous racheter comme ils l’ont fait.

Si vous essayez d’atteindre tout le monde par tous les moyens possibles, vous vous disperserez trop. De plus, le fait de rendre votre produit générique attrayant pour un large public diminuera – contre-intuitivement – l’intérêt pour ce que vous vendez.

Plus vous serez en mesure d’être dans une niche précise, plus vous serez en mesure d’aider un groupe particulier de personnes à obtenir exactement ce qu’elles veulent et ce dont elles ont besoin.

Un exemple est Kurt Elster, qui ne sert que les entreprises de commerce électronique qui utilisent Shopify. Mettez-vous à la place de votre client. Préférez-vous un consultant qui sait tout faire ou qui connaît et utilise exactement la même plateforme que vous ?

Leçon 3 : Oubliez les gros investissements initiaux, concentrez-vous plutôt sur la réalisation rapide d’un petit profit.

Une fois que votre clientèle et vos revenus auront augmenté, vous pourriez être tenté de quitter votre emploi et de commencer à faire d’importants investissements en temps et en argent. Mais n’agissez pas si vite. Votre nouvelle petite entreprise a besoin de temps pour se développer lentement. De cette façon, vous pouvez le gérer correctement et vous adapter à la croissance organique.

Faire de gros investissements tôt dans votre entreprise peut sembler une bonne idée, mais ce n’est absolument pas nécessaire. Les technologies modernes comme Internet vous permettent de faire des profits rapidement, ce qui devrait être votre premier objectif en tant qu’entreprise à but unique.

Si votre startup devait être financée par du capital-risque, vous seriez esclave de leurs demandes. Rejeter un financement initial massif vous donne plus d’indépendance.

Cependant, ne restez pas bloqué en essayant de faire un profit pour toujours. Plus vous mettez du temps à gagner votre premier revenu, plus vous aurez besoin de revenus pour atteindre le seuil de rentabilité et commencer à faire des profits. Rappelez-vous que “fait” est mieux que “parfait” et sortez votre premier produit. Concentrez-vous sur les profits initiaux pour que vous et votre entreprise puissiez aller de l’avant.

Conclusions et avis sur Company of One

C’est un livre inspirant pour ceux qui n’aiment pas avoir un emploi ordinaire de 35h mais qui ne veulent pas non plus s’épuiser dans une folle aventure de startup. Company Of One est aussi motivant qu’informatif. Grâce à ses nombreuses expériences, exemples et étapes pratiques, Jarvis donne l’impression d’être le guide par excellence de l’entrepreneuriat solo.